Je suis un monstre des chemins | 43

mercredi 10 février 2016, par sebmenard

Nos yeux sur une carte des pistes et le nom des villages — celui des fleuves — street view quelques adresses des shops une épicerie alternative l’heure d’un train un canapé pour dormir — une saison passe et se termine — les villes restent les villes — un poème est un poème — et les monstres sont les monstres.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0