Je suis un monstre des chemins | 68

mercredi 25 mai 2016, par sebmenard

Sur la peau il y a l’odeur du feu de bois des flammes pas très loin et braises sous morceaux de pain — encore des vagues ressac c’est un son de l’air frais — deux photographies les cabanes qu’on imagine et celle qu’on découvre — d’aventure nous étions monstres des chemins restons-le.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0