Je suis un monstre des chemins | 63

samedi 30 avril 2016, par sebmenard

Les oiseaux eux bêtes racontent leurs histoires d’oiseaux tant qu’il fait jour tu les entends — des bêtes tu n’en comptes plus le nombre au soir tout est calme d’un œil tu vois là-bas vers l’ouest — c’est un chevreuil il te regarde une dernière fois puis suis son chemin de chevreuil c’est le silence déjà presque — la nuit.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0