Je suis un monstre des chemins | 71

lundi 6 juin 2016, par sebmenard

La tente est usée nos gamelles de monstre c’est la même chose et combien de liquides — de combustibles — de nuits dehors un arbre craque et le vent se calmera-t-il bientôt nos routes peuvent-elles s’arrêter — nous n’avons de solution à rien pas même à notre étrange désir de tendresse infini désir de routes — des légumes des images et des mots un tipi pour nos prochaines pistes.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0