Traité des poussières | 15

mercredi 31 août 2016, par sebmenard

7h35. Je suis dehors. Je tire l’eau du puits. La corde glisse entre mes mains et le seau tombe directement dans l’eau. Hier déjà le seau se remplissait immédiatement alors que les jours précédents il fallait jouer avec afin qu’il se couche dans l’eau. Alors il commençait seulement de se remplir. Ainsi va la vie. Je remplis l’arrosoir avec le contenu du seau. Il me faut deux sauts pour remplir un arrosoir. Je prends un troisième seau que j’emmène avec moi. Dans quelques temps j’achèterai un second arrosoir. Pour l’instant, le contenu de trois arrosoirs et trois seaux suffisent pour arroser correctement le petit jardin. À mesure que j’utilise la corde, la poussière qui la recouvre se transforme en boue. C’est une petite boue fine et légère. Parfois je me lave un peu les mains avec l’arrosoir. Ou bien je les plonge dans le seau. L’eau est fraiche. J’en passe un peu sur mon visage. Au jardin la terre sèche s’humidifie peu à peu. J’aime voir la terre du jardin noire et humide. J’attends les vers. J’aime voir des vers dans la terre du jardin. Alors j’arrose. J’arrose la poussière et d’autres petites choses. Je considère cela comme une sorte d’exercice pratique pour traité des poussières.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0