journal permanent | 24 août 2022

mercredi 24 août 2022, par sebmenard

journée chaude encore
plus de 30 degrés à midi déjà
— avons fait grande récolte
de tomates
de piments
essayer de voir
quoi faire des ces petits jardins
maintenant que l’eau est comme
partie — 
dedans tremble


et comme chien je refuge trottoir et nomme tout ce bazar, la vie sans doute — et chouettes passent berlines filent — sacs plastiques sacs-plastiquent — mon ombre ou moi-même et les chiens-moi — bêtes-nous notre langue et l’ombre langue pendante et bien pendue je m’halète en plein souffle — tu sais dans ces moments je me réjouis c’est vrai du même os et je suis chien sans autre but qu’être chien sauf la poésie — dont je n’aboie rien de plus


et quelques instants passent dont les bêtes parlent souvent mieux que moi puis, de nouveau, je me soumets à la conjugaison — je m’agite en pleine parole — quelque chose rattrape moi-bête — or je me domestique en attendant le prochain appel — car je suis bien sûr d’être un animal — je suis bien sûr d’être un animal — je suis bien sûr d’être un animal


le mur sud-ouest de la terrasse
rend la pleine chaleur du jour
soleil restitué gros chaud
j’écris je tente
à la lueur d’une bougie
à l’ouest loin des éclairs
dans le noir noir du ciel
ici j’attends quelque chose
est-ce la pluie
ou une façon de renverser
tout ce qui libère mes besoins
premiers
ohohoh

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0