journal permanent | 29 novembre 2018

jeudi 29 novembre 2018, par SebMénard

j’ai des notes dans le carnet

je garde aussi la page 115 de planche pour cette piste d’écriture à venir


suis parti en colère pour la journée et je n’arrive pas à voir ça mieux
ce fait tout simple que la journée de travail attrape tout le temps
et que donc les quelques trente à quarante-cinq minutes d’air libre du matin me sont d’une extrême nécessité

ces minutes
elles font tenir en place tout le reste du jour

et donc si je ne les ai pas — est-ce que ça tient encore ?

de même ou plutôt pire, me semble que le jour (son labeur) annule toute tentative au soir venu
avant le sommeil je peux encore lire un peu mais j’ai moins de lucidité
je n’écris pas à ces moments — tout au plus je note une piste, une idée
il m’arrive encore de recopier — ça oui mais peu
je peux écouter un peu de musique (Souvenances d’Anouar Brahem hier au soir)

et il faut en plus lutter pour se défaire des préparatifs du jour suivant

je reviens à Adorno

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0