journal permanent | 13 août 2013

mardi 13 août 2013, par sebmenard

Levé tôt le matin pour guetter « la passation des pouvoirs entre la nuit et le jour » (retrouver ce poème) — le son des bêtes alors.

Des types ont allumé un feu dans un vieux bâtiment.

Béton laissé là.

Maisons occupées.

Photographie interdite.

Le prix de l’essence et de la route.

L’odeur des excréments dans la nuit l’odeur de la merde et les arrières trains de Stasiuk.

L’odeur du gasoil l’odeur des poussières et le froid des climatiseurs.


Dit au moins une fois que voyager en camping-car sur plusieurs milliers de kilomètres c’est un truc de riche — mais sais que pas été compris.


Copier-coller du desordre en forme de programme de lecture :

Les seuls livres qui vaillent finalement sont les livres qui changent notre vision du monde. Dit comme cela, ça paraît simple. Mais sont-ils si nombreux les livres qui ont effectivement cette force de nous dévier de nos habitudes de penser ?
 
Et toi quels sont les livres qui ont eu ce pouvoir pour toi cette dernière année ?
 
La phrase urbaine de Jean-Christophe Bailly
La perte de l’image de Peter Handke
Renverser l’insoutenable d’Yves Citton
La Tyrannie de la réalité de Mona Chollet.
SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0