journal permanent | 9 novembre 2021

mardi 9 novembre 2021, par sebmenard

 « Les paroles des plantes vous les traduisez donc par croissance, évolution, reproduction, qui se rapportent à un système que nous partageons mais qui n’est qu’une mécanique tout comme la photo-synthèse qui ne nous concerne pas (…). »
André Dhôtel, Le grand rêve des floraisons, p. 31.

 « Si les plantes parlent, ce n’est pas seulement une langue différente de la nôtre, mais une rhétorique qui n’a pas encore été décryptée, une rhétorique orginelle et fabuleuse, dès lors que leur existence demeure une fable inadmissible, quoi que nous disions. »
André Dhôtel, Le grand rêve des floraisons, p. 32


gros froid blanc
j’aime ça debout
dehors dans ce blanc qui va bleu
jaune peu à peu
les pas dans l’herbe
quelque chose vivifie dedans
quelque chose passe même sans doute
qui donne grand grand

bon

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0