journal permanent | 29 juin 2017

jeudi 29 juin 2017, par SebMénard

À Myriagone il y a les mots Mario Rigoni Stern (c’est ce livre jaune, dans la vitrine, Hommes, bois, abeilles), Pedro Paramo et Volodine.

À la bibliothèque on émet des doutes sur mon travail en salle d’étude (je suis venu avec une pile de Jean-Pascal Dubost, de Daniel Biga, de Juan Rulfo) et d’ailleurs je pourrais aussi aller « travailler » sur un fauteuil et même, mieux, s’il y a trop de monde, je devrais partir.

Dans ma tête ou sur mon écran ou quelque part, dans le flou entre-deux brume brume les Lointains & possibles s’agitent tout simplement (ohohoh) et pourtant il faudrait éclaircir, débroussailler, et surtout ne rien forcer.


Où « travaille » qui n’a que la langue ? (lieu de lecture, lieu d’écriture, lieu de rencontre, lieu de partage, lieu de stockage, lieu etc.)


Et puis cette image, expérimentatoire.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0