journal permanent | 9 avril 2016

samedi 9 avril 2016, par sebmenard

Ano Komi — Kozani.

Ça fait 10 kilomètres. Au dixième justement je me rends compte avoir oublié un petit sac à 150 kilomètres d’ici — il me faut peu de temps pour me souvenir du café Melindron à Kalampaka — ou alors ce pourrait être chez D. à Trikala — c’est l’un ou l’autre — un coup de fil au Melindron et on est avisés — ceux du café où on s’est arrêtés pour organiser tout ça ils offrent le deuxième jus — après on cherche un endroit pour dormir parce qu’il faudra attendre toute la journée le petit sac ici — ce qui est dingue c’est qu’il suffit qu’on mette le petit sac dans un bus pour qu’il prenne sa correspondance à Grevena et nous arrive à Kozani — dans le sac il y a :

  • un casque d’écoute
  • un chargeur de batterie pour le 5D
  • une batterie de 5D
  • trois ou quatre câbles différents
  • un chargeur de téléphone
  • un chargeur d’iPad
  • un bouchon d’objectif Voïgtlander
  • des piles pour l’enregistreur numérique
  • et peut-être d’autres bricoles.

Chez Mahigan :

« c’est quand on descend de sa monture, qu’on entre dans les limbes »


Très forte note dans le journal de Daniel Bourrion — ça finit comme ça :

tout reviendra et puis tout partira comme nous de même, lichens

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0