journal permanent | 30 décembre 2020

mercredi 30 décembre 2020, par sebmenard

maintenant que les jours rallongent
je continue
je remplis
une fois de plus
la remorque du vélo de bois mort
de branches cassées
les tombées d'une tempête

je fais ça
debout avec mon fils

et je sais comme
le bois pèse
et le temps file

j'écris des poèmes
d'évidences
et de choses simples

Gary Snyder écrit je crois
quelque part
(où ?)
qu'il n'y a pas autre chose
dans la vie
s'occuper
avec attention
du foyer
et de tout ce que
foyer
signifie


30 décembre
pleine lune

sentir comme
cette sève monte les jours de pleine lune
et comme
quelque étrange mouvement s'empare
tout dedans et tout
dans le bazar
je sais comme
c'est là
et le vivant
j'aimerai savoir
l'observer

(du reste j'ai tenté aujourd'hui
à plusieurs reprises
de parler clair
bien clair bien bien clair
et d'avancer)


mainenant que les jours rallongent
j'ai vu
des dizaines de cygnes
s'envoler sur les eaux du fleuve
dans un grand mouvement gris blanc de cygne
dans un grand son soufflé de cygne
alors que la pluie froide
nous coulait dans le dos
et que nous étions là
comme le sont les bêtes
les arbres
et d'autres êtres
probablement aussi tu vois
c'est comme si
toutes ces connexions
la vie parfois t'échappe
obscure
et d'autres fois
tout est si clair
et plein
entier


Pour lire Spinoza : un carnet dédié ?

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0