journal permanent | 23 octobre 2020

vendredi 23 octobre 2020, par sebmenard

 « Croire que les mots ont un sens, c’est faire semblant de croire en la nature humaine. Ces mots sont des sons. »
Guillaume Vissac, journal du 21 septembre 2020.


Comment cela a-t-il commencé, pour toi ? Te souviens-tu des premiers signes ? Des premiers mots ? Des premières alertes ? Qui t’en a parlé, la première fois ? Avec quels mots ? Quelles tonalités ? Quels silences ? Et si vous étiez ensemble, te souviens-tu de ses gestes ? De son regard ? De ses absences ? Est-ce que vous vous êtes encouragés ? Est-ce que vous avez ri ? Est-ce que vous avez regardé les eaux d’un fleuve s’écouler inexorables et tous deux silencieux comme des êtres de silence et d’attente et de calme et d’amour ? Ou bien alors, peut-être s’agissait-il des nuages qui filaient lentement tout à leur destin de nuage et de cotonneux ? As-tu trouvé que tout ça allait trop vite ? Peux-tu remettre les faits dans l’ordre ? Établir la chronologie des évènements ? Est-ce que tu lis les chiffres quotidiens ? Mensuels ? Hebdomadaires ? Ces informations ont-elles encore un sens ? Si tu penses à ça, as-tu des images en tête ? Et alors, quelques images te sont difficiles à voir ? Quelles images te sont douces ? Et quelles images sont ambigües, ni difficiles, ni douces, ou encore, les deux à la fois ? Peut-être préfères-tu fermer les yeux ? Mais lorsque tu les fermes, est-ce que, toi aussi, tu continues à voir ?

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0