Blocs | 54

vendredi 30 août 2019, par sebmenard

un filet à papillon le carnet à poèmes-poèmes — un filet à satori (mon fils aujourd’hui fait voler un papillon en plastique dans la pièce il répète papillon ! papillon ! papillon ! et encore le mot poème-poème le mot carnet le mot crayon) et j’imagine j’essaie je crois d’imaginer si j’avais de quoi allumer un feu, chauffer l’eau, chauffer l’eau dans une bouilloire en fonte, ce serait toujours traîner autour du même lieu de l’inquiétude ou nom d’un chien — ah ! : être bon chien, être chien pleinement, être tout à fait chien, et à chaque fois ramener le même os, et à chaque fois être le même chien heureux d’être le chien, heureux d’être le même chien et de ramener l’os, l’os devant cabane, la vie.

 « Lorsque, près de sa cabane, on fait chauffer de l’eau sur la braise dans une bouilloire en fonte, le monde est vaste et sans limite. »
Antoine Marcel, Traité de la cabane solitaire, éditions Arléa.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0