cosmique

mardi 12 mars 2019, par sebmenard

froid venu.

content.

presque satisfait de ce froid.

je ne sais pas trop comment nommer ça — et c’est pourtant tout l’enjeu d’écrire : essayer, tenter de nommer les choses — rendre AU COSMIQUE son existence — dire au froid qu’il est le froid — rendre aux arbres, aux forêts, aux bois, leur vérité (« vous êtes arbres, vous êtes forêts, vous êtes bois, voici votre vérité »)

(…)

j’ai tout de même un doute là-dessus — 
le froid, les forêts, la boue, l’humus
les choses portent-elles une forme d’importance à l’expression d’une vérité, même fausse ? que fait le poème-poème aux traces, aux feuilles ?

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0