journal permanent | 24 octobre 2018

mercredi 24 octobre 2018, par SebMénard

Tu vois, ce soir encore tu jettes un coup d’œil à des webcams lointaines. Le Lac Balea. Sinaia. C’est comme si quelque chose n’était pas « reglé ». C’est vrai. D’une certaine manière. D’une « certaine » manière oui c’est vrai. Et puis d’un coup tout se bouscule et tu ne sais plus ce qui ne tient plus. À écrire tout ce bazar on croit faire tenir les choses. Mais quoi tient ? J’avais envie de le dire. Dire qu’au début de cette semaine j’ai croisé cette femme — j’en ai parlé dans quelle note publiée quand ? — 

j’ai vu son regard puis son sourire de loin
et je ne sais pas trop à quoi tienne ces choses

elle observait notre enfant

cet enfant de la route, d’une « certaine » manière aussi !

elle l’observait avec ses yeux oui

je ne sais pas trop quoi faire de tout ça

j’essaie d’y réfléchir à chaque fois que j’écris quelque chose
« en ce moment »

j’essaie toujours d’y réfléchir oui

et je ne sais toujours pas quoi faire de toute cette somme
ce bazar
la vie
dont nous sommes dépositaires oui

ce soir je suis content
j’ai cru comprendre que des amis sur l’autre rive du fleuve
(je vis à quelques centaines de mètres du fleuve)
hébergent des réfugiés oui

j’ai dit à un moment
que je ne savais pas trop quoi faire
après la journée entière où je suis
« payé »
pour accompagner

j’ai besoin d’un peu de pause

quelques jours

au vert

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0