journal permanent | 28 avril 2018

samedi 28 avril 2018, par sebmenard

quelque chose ne tient pas toujours
c’est ça


J’ouvre dans le noir les Feuilles d’herbes de Withman et c’est la Chanson de la piste ouverte :

« Pied sûr, cœur léger, j’attaque la piste ouverte,
Suis libre, en bonne santé, le monde est devant moi,
La longue piste brune s’étire où je veux qu’elle me conduise. »

(traduction Jacques Darras)


 « Dans ce tome 2, on va beaucoup parler travaux. Ceux que les objets techniques ennuient devront attendre le tome 3 pour revenir à l’air libre, aux oiseaux et à la nature sauvage qu’ils espèrent croiser dans les livres. 47% des vertébrés disparus en dix ans, faut qu’on se refasse une cabane, mais avec des idées au lieu de branches de saule, des images à la place des lièvres géants, des histoires à la place des choses. »

Olivier Cadiot, Histoire de la littérature récente, tome 2, POL, p. 53


L’idée de la carte — 
préciser.

Une face est la carte globale (préférer générale, ou plan large ?) : on y retrouve — sur le fond de carte, cette foutue vieille Europe — et donc à de (nombreux ?) point — le signal d’un texte (genre : un numéro de page dans un… livre ? — ou encore, le classement dans l’index ? (l’index… du livre ?)

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0