journal permanent | 29 mars 2018

jeudi 29 mars 2018, par SebMénard

quelques minutes
dans le frais
du jour revenu
pied dans l’humide
la trempe de l’herbe

à remuer de la bouse
du fumier

intensément


Lisant Pierre Collin (Vers les confins) — il y a cette série des points de non-retour, numérotés, et qui reviennent à travers le texte, l’ensemble (qui forme donc un livre). Dans Matériaux et espaces vides pour un récit, garder cette piste.


Mahigan Lepage :

 « Il m'a fallu lire Rick Bass (The Book of Yaak) pour me rappeler ce fait simple : que l'ours hiberne d'octobre (ou novembre) à avril. Je regarde mon billet d'avion d'Air China : 17 octobre au 11 avril. Et moi qui croyais pratiquer la migration, je me rends compte, et ça me paraît maintenant si évident, que c'est en fait une hibernation. Je m'isole sous terre (sous la Terre, littéralement), dans la chaleur de la tanière thaïe, des amours et de l'impensé, et je me replonge dans les projets, l'écriture, les sommeils et les rêves. »


Joachim Sené prédit l’avenir. Où sont les abeilles ?


Cherchant à relire le Danube de Claudio Magris je découvre Dans la nuit et le vent de Patrick Leigh Fermor — avec index des lieux & personnes ! Ada Kaleh !


Une odeur de chien mouillé pour me suivre partout, toute la journée.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0