journal permanent | 22 mars 2018

jeudi 22 mars 2018, par SebMénard

debout bien avant le jour
(les vitres gelées des bagnoles
en bas)

pooridge
hoummous

tarte à l’amande
café

faire le sac pour prendre la route
à vélo
25 kilomètres avant le taf

-2°C au départ


beau sun sur l’eau — gel — plaques et flaques dures.
lorsque mon chemin s’approche de la route : le flux de bagnole
l’odeur du gasoil

Entrer les villes à vélo permet de sentir. Sentir l’arrivée des rues, des boulevards. Sentir le gasoil. Sentir ça. Encore plus dingue de s’en échapper. De quitter les villes. Il faudrait peut-être lire le The last london de Sinclair.


noté là : entrer Mostar via l’ancienne ligne de chemin de fer


Dans le prélude à Vers les confins (David Collin) :

 « La poésie (…) est un défi du corps à toutes les formes de manipulation de la pensée. Le contact direct avec l’extérieur absolu — le satori comme praxis du regard —, la poésie vécue comme être-au-monde. »

Alain Jouffroy, Manifeste de la poésie vécue


peut-être la fin du journal d’hiver ?

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0