journal permanent | 28 octobre 2017

samedi 28 octobre 2017, par SebMénard

Brume épaisse.

Le Thomas Vinau nouveau à la librairie

J’ai accumulé des trucs dans l’ordi, maintenant je voudrais m’en débarrasser mais je ne sais plus comment faire.Et puis surtout laisser aller. Laisser aller. Quant à la langue, qu’elle sonne. Tu dis n’importe quoi. Retour vélo.


Le Clézio, L’Extas matérielle, édition Folio :

 « Quelque fois, sans raison apparente, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit (quoique ce soit plutôt durant les soirées), je sens un doute qui grandit en moi et m’exaspère. Pas exactement un doute, non, une espèce de frisson qui m’enveloppe, qui pénètre tout mon corps et le sensibilise. C’est vrai, je suis vivant, bien vivant. Et je n’échappe à rien de ce qui est vivant. »

p. 46

 « Les neuf dixièmes de notre vie, nous les vivons dans l’inconscience. Nous ne sommes conscients que d’une sorte de reflet fugitif, d’un écho qui nous parvient troublé et méconnaissable. Et c’est surc et écho qui nous construisons les idéologies, les concepts, les systèmes ! »

p. 48

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0