noms propres

lundi 27 décembre 2010, par sebmenard

avec scan des photocopies Novarina - Vous qui habitez le temps - telles que données par fbon soir d’atelier.

D’l’école Saint Pierre avec le portail métallique c’est l’père qui l’faisait parfois le samedi aprème devant l’école avec le camion de travers sur’l’bitume - mais pourquoi commencer avec les tilleuls et les pneus comme Vulkanizar c’est le nom dans la banlieu d’Bucarest Pension Elvis mais c’qu’est pas simple c’est d’s’écarter d’nos vies – tu vois quand tu t’mets là d’vant la machine et qu’tu tapes enfin c’est souvent une question d’route par exemple la dernière route entre Segré chemin du Renier et Angers parking on dit La Roch’ pour La Rochefoucaud ah oui voilà les routes la route entre Bucarest et Constanta non pas Constanta – la route entre Bucarest et Mereni celle entre Mereni et Lanurile entre Lanurile et Baraganu entre Baraganu et Mamaïa avec les tubes de fer dans les plaines et la poussière d’un village il a pas d’nom alors on en fait quoi – c’que les noms d’routes les noms d’villes les noms d’rues tiennent de nos vies ça s’dit comment le bitume bien droit entre Constanta et Tulcea cinq petites bagnoles blanches c’était – des coccinelles – à l’école Saint Pierre Thouarcé Maine et Loire pas loin Angers la capital le collège les Fontaines Bonnezeaux Rablay sur Layon Beaulieu sur Layon la rue du Martinet t’as jamais habité la rue du Martinet mais quand même Saint Lambert du Lattay avec un goût d’clopes et d’Layon l’avenue des Trois Ponts le quartier des Trois Ponts avec la fête et celle du Bonnezeaux – un type est là qui marche tout seul il a un carnet dans sa main – quand on’m’parle d’toponymes d’écriture pas raconter sa vie pas possible là la route le ch’min la pension à Voinesa et l’lac Vidra tout bleu bleu avec les nuages dans la montagne et la bagnole une vieille Renault qui traverse l’Europe voilà l’Europe v’là l’territoire – Angers Le Mans Paris Strasbourg ça s’dit comme ça pour moi Munchen Ljubjana Zagreb Sarajevo Belgrade Timisoara Bucarest Constanta Brasov Bab el Hawa comme les taxis à Ramallah les noms d’rues non non La Porte des Vents - avant Antioche et Antakya tout’s’mélange comme un grand tremblé d’nos vies Istanbul quand on r’monte encore t’sais plus l’nom d’la station métro mais les lahmajun et le yaourt salé - le détroit les oiseaux le vent frais.

Voir en ligne : Proposition d’écriture fBon ici

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0