journal permanent | 19 juillet 2015

dimanche 19 juillet 2015, par SebMénard

68km.

Rakceve — Harta.


Réveil frais au bord de l’eau – frais : de l’air quoi – partis trop tard tout de même – chaud rapidement l’air tombe – une charrette passe – ça reste chaud et peu d’air au soir.


Au midi je pose la machine sur une table en bois et à l’ombre – le disque dur avale les images du 5D – le vent de temps à autre – une voiture fait le tour du village qui vend des pastèques le stock dans la remorque. 


A trip to feel Europa : on imagine que la suite serait du Sud au Nord – et ça ferait quelque chose peut-être (problème : nombreuses images je les vois – mais ne les photographie pas vraiment).


On se met à la flotte en disant le mot décrasser – même l’eau du fleuve est chaude et tout brille – on trouve une douche et on se lave là – au bord du fleuve – à Harta ça s’appelle — à la table d’un restaurant des types finissent de grosses assiettes – nous en mangeant nos morceaux de cochon (de la viande) on dit que ça c’est un plat d’ici – je veux dire de l’Est comme on dit une ville de l’Est – du vin et de l’eau gazeuse – des bières — des pommes de terre frites – des poissons d’eaux douces – ces choses – en bas sur la plage un gosse file sur un radeau – on croirait une carcasse de réfrigérateur – des bateaux – des canoës – une péniches est sur la rive en face – on croirait un atelier une usine un chantier – le son c’est un bruit de ferraille de temps à autre choquée – rien ne bouge – pas de vent – les moustiques arrivent – certains disent qu’avant au moins il n’était pas si agressif.


Photographie : déclencher quand cela doit être – ne pas penser l’image – juste un peu.


Pour dingue je repars avec Rasinari.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0