Monstre des chemins | 19

samedi 25 juillet 2015, par sebmenard

On roule vers — 

on roule vers quoi on ne sait plus on file — on roule vers l’Est dit-on parfois — le soleil nous écrase et suée les gouttes tombent de nos gueules et finissent où — on s’enlise dans le bitume mou et sel — nos peaux sentent le sel et la poussière — le soleil — on cherche le nom des villes et roule — tout est droit — long — chaud — jaune — et noir — on traverse des villages on avale des flottes on cherche un robinet un coin d’ombre — un morceau à croquer — on sent parfois le souffle des semi-remorques des grosses tires qui filent et s’oublient.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0