journal permanent | 8 juillet 2015

mercredi 8 juillet 2015, par SebMénard

51km.

Passau (Allemagne) — Inzell (Autriche).

Temps gris et pluvieux – évité plusieurs averses – toutes en fait – frais – perdu une vingtaine de degrés – à quelques dizaines de mètres plus haut : des nuages pris dans les arbres.


Au réveil on essort les fringues rincées des flottes — on va doucement – tout est trempé – courte nuit – on dit on va passer du temps dans un endroit connecté — on va s’asseoir dans un endroit et mettre en ligne des textes des images — regarder derrière une vitre et lire – on trouve un petit outil manquant et on fait ça — on entre et on se connecte (il manque de ces endroits faciles à trouver où se connecter gratuitement – sans rien demander de plus – à Bucarest nous allions parfois dans un musée dans une librairie – mais à Bucarest se connecter était souvent facile et gratuit — boire un thé en plus accessible – enfin c’était le cas aussi avant de partir sur la route – des lieux où être où bosser où discuter au calme où lire où écrire).


Un burger végétarien (du falefel au curry et des légumes frais au vinaigre de framboise).


Les eaux de l’Inn se mélangent à celles du Danube et c’est vert des flottes tombées la nuit dernière – il y a de belles images – on suit le fleuve – il fait frais – au soir on arrive dans un village après avoir cherché un coin de bivouac depuis quelques bornes déjà – on demande à quelqu’un si c’est possible là – c’est possible elle dit – je vous en prie elle dit – alors on s’installe on écoute des rafiots de plusieurs dizaines de tonnes filer entre les colinnes et les arbres – c’est vert.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0