Monstre des chemins | 12

mardi 30 juin 2015, par sebmenard

On entre dans le bled par l’ouest et on traverse un fleuve — des gosses — ils sont là qui se jettent par le pont et tournent leurs corps avant les eaux fraîches — et il faut voir comme leurs corps tournent dans le soleil et le vert vert — à la première auberge quelqu’un dit qu’il suffit de prendre des liquides et de mettre des ronds dans la caisse — alors on prend des liquides et on met des ronds dans la caisse — au loin on entend des corps qui nagent et des rires — il y a un poêle éteint — il y a des chambrées sur des canapées — il y a des livres et des affiches — du bois pour les saisons à venir — on passe quelques dizaines de minutes là — on écoute — on observe — après on reprend le chemin de nos nuits sauvages — et on imagine que les gosses continuent de se jeter dans les eaux fraîches — dans le soleil — et le vert vert.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0