journal permanent | 20 mars 2015

vendredi 20 mars 2015, par sebmenard

Lecture voix haute et live : ça se passe plutôt bien – très envie de refaire ça – quelques notes :

  • les coups de main (l’oncle et ses microphones)
  • la proposition acceptée grâce à une rencontre en scène ouverte : remerciements
  • dans la salle beaucoup de têtes connues (le risque de la parole des sons des images — ce pas là est fait sous leurs yeux : ça compte)
  • et tout de suite alors : refaire la même chose en lieu inconnu
  • pendant la performance : la machine sert de support comme une partition – grande partie des textes quasiment connus – ou bien morceaux – mais les déchiffrer toujours – suivre du regarde sur la machine – comme concentrer les mots sur la langue le souffle (aucune envie d’apprendre le texte)
  • garder cette fraîcheur et l’improvisation : dans le même temps peut-être incapable de caler vraiment – mais cet équilibre entre la préparation et l’improvisation (lorsque nous répétons : plus de temps à causer à regarder les vents le soleil des liquides et des légumes qu’à dire des mots vraiment) (ça ne tient pas autrement) (suis persuadé que nous bossons d’une certaine façon ainsi)
  • le texte c’est A Fourteen Tracks Extended Play : nous avons de la marge – beaucoup de textes sous le pied – que chaque performance soit différente
  • quelques semaines avant public nous avons choisi d’ajouter la trompinette d’AnCé t. – cette présence et le cuivre
  • des petites choses à caler question image
  • cette terrible entente avec A. : d’une certaine façon réellement facile de s’écouter se comprendre (combien d’années que nous avions parlé de faire ce truc)
  • l’idée du Fourteen Tracks Extended Play c’est quand même quelque chose de terre de tendresse et d’humains – je crois que ça passe.

Dans la nuit

un très cher ami

de très longue date ami

se dit

rassuré

il se dit rassuré car il comprend

tout à fait il dit

il comprend tout

tout ce que je dis

live

il dit

quand c’est écrit sur le site comme ça

ça passe pas il dit

mais là

c’est très bon il dit

et je suis très content très satisfait

de cette compréhension mutuelle

(que nous nous retrouvions à pousser ce même ami sur un fauteuil roulant la nuit ne change rien à la situation)


Elle m’offre dans la nuit un Voigtländer 40mm pour mettre sur le 5D.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0