journal permanent | 25 février 2015

mercredi 25 février 2015, par sebmenard

La machine sur laquelle j’écris habituellement est en rade (paradoxe : jamais eu aussi puissante rapide et légère mais première qui me lâche après quelques semaines) : sur le bureau reste le reflex un objectif – un carnet des crayons – une liseuse – je ne suis pas sûr de pouvoir écrire là – mais tout fonctionne encore (plus tard sur la route j’entends un type dire dans les hauts-parleurs qu’on devrait peut-être se poser quelques questions quant à nos machines quant aux données qu’on s’imagine stocker dessus) (plus tard – peu de temps après – mon frère signale que pour le disque dur ça ne fonctionne pas : impossible de récupérer ce qui est dessus) – plus tard je manque le soleil et je pense aux routes.

(problème : je confie à mon ordinateur le soin de garder en mémoire ce que je sais perdre rapidement – c’est à dire : ce que je suis incapable de retrouver rapidement seul)


Pour l’homme qui marche dans la neige : S. dans la poudreuse de la colline aux bêtes + d’autres neiges.

Pour les routes : accumulation de routes.

Des séries (toute la matinée j’ai ce truc en tête).


Après tout pourquoi finir ses phrases ?

photographie : 24 février 2015

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0