journal permanent | 4 février 2015

mercredi 4 février 2015, par sebmenard

Le Mexique de Jack Kerouac

« Burroughs dit de Kerouac, de Ginsberg et de Corso qu’ils voyagent d’une manière nouvelle car ils entrent en contact avec le peuple des pays qu’ils visitent à un niveau fondamental, celui de la musique, de l’amour, de la drogue et de la contemplation qui remplace l’habituelle communication par les mots ». Au contraire, Burroughs « côtoie les Mexicains sans chercher à les connaître ».


On me dit que le vieux 5D est hors d’usage on me dit qu’il a fait son temps – on me dit que c’est un appareil d’une autre époque – on me dit que c’est bien aussi les vieux objets : ceux qui contiennent les traces de nos usages (que la personne qui me dit ça soit aussi celle qui a ramené un oud quadragénaire de plusieurs milliers de kilomètres change-t-il quelque chose à lieu de la réflexion ?) – et si on faisait l’histoire de ce oud ? (genre une suite à L’odeur du gasoil à la frontière syrienne)


Et si je perdais ma langue vraiment perdue ma langue vraiment disparue la langue (parfois au boulot on dit que ça vient de là)(du boulot).

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0