journal permanent | 12 décembre 2014

vendredi 12 décembre 2014, par sebmenard

Je repense à prendre le train – au déplacement (mon quotidien pendant un an et demi pour le taf) :

François Bon :

On en viendrait presque, parfois, à prendre le train pour rien, faire un aller-retour inutile rien que pour se débarrasser d’un texte, ou aller vers son imprévu.

Arnaud Maïsetti ajoute sur Twitter :

et penser à Gracq : mais lui, c’était la marche à pied qui déverrouillait telle phrase qui résistait trop

Courir à pied – filer sur un vélo – prendre un train : pour nos routes à venir on a aussi ça là – prendre en note ce qui se trame.


Un jour je dis je n’habiterais jamais dans ce genre d’endroit – un jour je dis c’est vraiment immonde – un jour je signe un contrat de location un jour je regarde les bagnoles depuis le septième étage – un jour je repasse devant ce lieu – des années après.

1 Message

  • journal permanent | 12 décembre 2014 31 décembre 2014 16:29, par Emmanuel

    Les détours du web parfois. Je le reconnais cet endroit :-) Le lac et le parc en face sont chouettes :-) Parc de mon enfance, entre autre, que je connais par une autre entrée que la principale.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0