journal permanent | 31 mars 2014

lundi 31 mars 2014, par SebMénard

Un quelque chose une fatigue – ce truc : travailler avec des horaires – aller au boulot à des heures précises – sûr qu’on peut le faire – mais ce que ce fonctionnement (s’en est un) broie de nos mots de nos gueules – et pas de poème – là.


Longtemps que pas eu de poussée d’écriture vraiment – il y a des choses qui se construisent à l’intérieur – il y a le journal qui est comme entraînement quotidien (le mot jogging de Guillaume Vissac – je le répète – est le plus adapté) (et je sais que dans ce journal – d’autres choses apparaissent).


C’est très rare : je photographie en me disant que je pourrais de toutes façons recadrer les feuilles de choux – ce que je fais dix jours plus tard (en constatant que mon ordinateur ne connaît pas le mot recadrer – ce qui – d’une certaine façon – est assez réjouissant.


| note |
la couleur
le goût
des feuilles de choux
dans l’évier
(je les ai goûtées
crues)
me font penser
à la fois
à Philippe de Jonckheere
et Karl Dubost
mais aussi à cette idée qu’en fait
à vélo
on pourrait pousser jusqu’au Japon.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0