journal permanent | 29 novembre 2013

vendredi 29 novembre 2013, par sebmenard

La machine faut la pousser encore deux semaines voire trois — c’est le temps mort juste avant l’hiver — dans ce métier c’est toujours comme ça — pas non plus grande expérience mais au moins compris ça — et quand je dis temps mort c’est au sens temps absent — inutilisable pour tout autre chose que le travail le travail le travail — la frustration c’est celle de l’impossibilité du lire écrire créer dans ce temps-là — usure.


Voir pour approfondir les outils de travail : et puis d’autres liens aussi – est-ce que ça serait possible de tout passer en Markdown maintenant.


Le soir je vais écouter Patrick Goujon lire un texte dans le château à Angers – je n’ai jamais lu Patrick Goujon je l’ai rencontré à une lecture nous avons trinqué une fois ou deux (vraiment : deux verres l’un contre l’autre) je l’ai entendu lire des textes derrière un micro et ce soir à nouveau : retenir le geste de lire – il y a une énergie assez forte et diction vraiment les mots on les entend – mais ce qu’on retient c’est le geste qui accompagne.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0