la route | 38

lundi 14 octobre 2013, par sebmenard

au chapitre des jours usés des carcasses grillées et des sueurs sèches :

- ils sont ainsi secs secs séchés leurs corps et mous
- plus rien pour tenir qu’ils disent et passent alors plusieurs jours au vert — à l’ombre et sans bouger
- peut-être qu’ils ont trop roulé peut-être qu’il n’y a plus de noms pour leurs rêves ni leurs errances
- peut-être qu’ils n’y croient plus qu’ils ne savent pas vraiment quel chemin à force
- ça use qu’ils disent et ils ne s’imaginent toujours pas faire autre chose vraiment pas
- alors quand ils ont dormi quand ils vont mieux
- ils reprennent les routes et c’est comme une rengaine qu’on lance à nouveau petite machine leurs carcasses.

image : en Roumanie au bord du Danube le 30 août 2011.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0