Acolo | 14

mercredi 25 septembre 2013, par sebmenard

Une autre fois ça sent les fumées tièdes des herbes vertes qu’ils brûlent le soir — ça sent le plastique dont personne ne sait quoi faire ça sent la poussière usée du jour et de la chaleur ça sent un peu la fraîcheur qui arrive et on entend des types ils parlent doucement en vidant quelques bières — une bagnole accélère sur le bitume un chien est là qui dort et rien ne bouge — personne ne sait vraiment quoi faire quoi répondre à cet homme mais tout le monde l’entend — sa voix porte loin il doit être dans la rue à côté à l’angle juste là peut-être — l’un d’entre eux l’imagine assis sur une pierre et seul qui répète les mêmes mots sans fin — puis il finit sa bière sans doute qu’il tremble un peu d’entendre cette voix toujours — un autre — il préfère ne pas y penser il préfère tout oublier un autre — il se dit qu’il pourrait lui donner un billet juste un billet parce que tout de même — des gosses passent qui rient de cette voix et plus personne pour l’ouvrir.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0