journal permanent | 29 août 2013

jeudi 29 août 2013, par sebmenard

Oui finalement c’est sans doute le souci que l’on se fait du temps qui nous ronge — et pas le temps lui-même
- souvenir de ce type (c’est qui) — il disait que le temps c’est comme ça — on peut rendre chaque minute pleine et gonflée — si on le pense ça sera out


J’ai lu cet article à propos du métier d’écrivain et la question traîne en tête ensuite : ce que ça réveille ce n’est pas être écrivain — comprends pas — mais ce qu’on est chaque jour au plus intense — et quoi en faire en regard de ce qui fait bouffer — paye le loyer et les charges.


(le faire pour qu’on nous croit) (et alors) (et à propos du vélo par exemple)

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0