journal permanent | 21 novembre 2012

mercredi 21 novembre 2012, par sebmenard

La première chose que j’entends c’est le oud de Munir Bashir — en réalité le oud c’est toute une histoire — on pourrait même tracer des trajets avec le oud — comme ça dans les oreilles le oud de Munir Bashir — variations.


Le jour des feuilles

Le jour des feuilles c’est le vent la pluie c’est des gouttes — des gouttes froides en fait pas vraiment des pluies le vent soulève tout — le bitume bleu noir le jour des pluies c’est jaune orange et les lampadaires au dessus ça fait tout un monde — il y a bien les gyrophares d’un camion vert vert qui tournent sur les murs les volets encore fermés.


Me rends compte de ceci : il m’arrive — prenant en note le journal permanent dans un bloc note type Notational Velocity — de taper directement certains signes nécessaires à coder la mise en page du texte lorsqu’il sera mis en ligne — cela concerne des choses très simples : liens — mise en avant d’une partie d’une texte — mais ce n’est sans doute pas rien — l’irruption de ces signes-là — dans le texte (attention pas confondre — entendu une fois — radio je crois — Philippe de Jonckheere expliquer qu’il tape ainsi tout en même temps) (une grammaire).


Tarnac, un acte préparatoire — tombé dessus à la médiathèque — pris — et Vrouz.


Un livre documentaire sur l’habitat partagé — l’habitat groupé etc. — focus sur différentes tentatives — ce qui me gène : presque toutes les photographies de ce documentaire ont été prises l’été avec un très beau temps — ce qui change certaines choses — permaculture — je connaissais le mot mais pas assez ce qu’il définit.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0