journal permanent | 06 novembre 2012

mardi 6 novembre 2012, par sebmenard

Quand il appelle je dis qu’il y a eu embuscade (c’est le nom de code) — la bête pleurait dans la nuit on savait pas quoi en faire — mais au matin le soleil derrière les vitres c’est notre chauffage (on tient avec ce qui reste) — j’ai envie d’écrire une histoire avec les histoires (celles qu’il raconte) d’un autre (combien de fois j’ai fais ce projet) (peut-être que cette fois-ci) (hier tard dans la nuit j’ai cru entendre la voix exacte) (c’était débridé) — je voulais dire quelque chose de très précis mais ça s’est perdu.


Pas de psychologie pas d’explications pas de raison pas de ficelles (Carver) en fait c’est ça — la vie — les trucs purs — bruts — vrais (qu’est-ce qui est vrai ?) — comme ça s’est passé — comme j’imagine que ça s’est passé — c’est ça — c’est ça — c’est exactement ça.


Les évènements se lient (tiens ça pourrait être première partie) — celui qui est parti au Sud pour quelques semaines il avait causé combien de fois des conteneurs (cette solution pour la génération poussière : on achète un terrain et on pose des conteneurs dessus).

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0