Accueil du site > Carnets | SebMénard > Carnets des plaines > Dans cette plaine (un récit) | les textes > Dans cette plaine (un récit) | 6 (le professeur de romani)

Dans cette plaine (un récit) | 6 (le professeur de romani)

jeudi 6 septembre 2012, par sebmenard

troisième version

voir la planche-contact / retour au sommaire

(...) Un autre — d’abord il s’excuse parce que l’anglais c’est difficile et parce que l’espagnol c’est surtout pour travailler là-bas — il y a quelques années déjà c’était pour des légumes — s’il parle de lui il dit qu’il est d’ici mais aussi d’ailleurs — s’il doit être précis il dit qu’il est de ce peuple venu vivre là il y a plusieurs siècles mais c’est une autre histoire il dit — après il parle un peu rapidement entre deux portes c’est l’histoire d’un peuple sans pays et dans sa salle de classe au village il explique tout ça aux jeunes — ici il y a quatre communautés différentes et le chef tous ils le connaissent et prononcent son nom — il parle cette langue qui traverse les frontières et raconte son histoire parce que c’est important dans cette plaine — on ne sait pas — personne ne sait — certains disent bien c’est vrai que cette plaine ce sera un désert et d’autres disent c’est vrai — ce sera un grenier — mais personne ne sait — en attendant il finit la leçon pendant les vacances il part sur une plateforme pétrolière dans le Nord et c’est bien — en quinze jours il gagne quatre mois de salaire ordinaire alors c’est bien. (...)


seconde version

Il s’excuse parce que l’anglais c’est difficile et parce que l’espagnole c’est surtout en travaillant là-bas — il y a plusieurs années — il dit qu’il est d’ici mais aussi d’ailleurs — il est de ce peuple venu vivre là il y a des siècles mais c’est un autre histoire — c’est celle d’un peuple sans pays et quand il parle à l’école du village il dit bien tout ça — il y a quatre communautés différentes ici et le chef — tous ils le connaissent — il parle cette langue qui traverse les frontières et raconte son histoire parce que c’est important il dit dans cette plaine — on ne sait pas — certains disent ce sera un désert certains disent — ce sera un grenier — en attendant il finit la leçon pendant les vacances il part sur une plateforme pétrolière dans le Nord et c’est bien — en quinze jours il gagne quatre mois de salaire ordinaire alors c’est bien.


première version

H. s’excuse parce que l’anglais c’est difficile et parce qu’il est plus à l’aise en espagnol c’est surtout parce qu’il a travaillé là-bas il y a plusieurs années — H. dit qu’il est d’ici et d’ailleurs il est de ce peuple venu vivre là il y a des siècles mais c’est une autre histoire — c’est celle d’un peuple sans pays et quand il parle à l’école du village il explique clairement tout ça il dit bien tout ça : il y a quatre communauté différentes ici et le chef — il donne son nom — tous ils le connaissent — H. parle cette langue qui traverse les frontières et raconte son histoire parce que c’est important il dit dans cette plaine on ne sait pas — certains disent ce sera un désert certains disent ce sera un grenier — en attendant H. finit la leçon pendant les vacances il part sur une plateforme pétrolière dans le Nord il dit que c’est bien — en quinze jours il gagne quatre mois de salaire ordinaire.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0